Triptyque · Cubisme

Une oeuvre de la série Cubisme – h/t 54×54 cm
Un triptyque de portraits – 3 œuvres de h/t 33×33 cm


NoArtist : créer des oeuvres d’art par intelligence artificielle

Nous sommes trois amis de Polytechnique spécialisés en science des données et avons créé NoArtist fin 2018. Le principe : créer des oeuvres d’art à l’aide d’algorithmes. Plus concrètement, nous utilisons nos compétences en mathématique et informatique pour créer des algorithmes d’intelligence artificielle (IA) (en savoir plus) qui s’inspirent de milliers d’oeuvres existantes pour générer des visuels artistiques originaux. Nous imprimons ensuite ces oeuvres numériques sur différents supports.

Un procédé récent qui interroge

La génération d’oeuvres d’art par IA est un procédé récent, qui s’est fait remarqué lors de la vente aux enchères chez Christie’s d’une oeuvre générée par IA en Octobre 2018, à près de 432 000 $. Cette vente a animé de nombreux débats, d’abord pour ce montant inattendu, mais également car la génération d’oeuvres d’art par IA pose des questions.

Des questions sur l’art. Qui est l’artiste? Peut-on parler d’artiste ici ? Quelle place pour l’artiste dans l’art ? L’artiste fait-il l’art ou l’art fait-il l’artiste ?  

Des questions sur l’intelligence artificielle. L’IA est désormais capable de créer des oeuvres originales et artistiques. Mais est-elle vraiment créative ? Quelles sont ses capacités et ses limites ?

A travers NoArtist, nous proposons des réponses à ces questions. Notre démarche reste expérimentale et nous ne prétendons pas à leur universalité.

NoArtist : une démarche de sensibilisation à l’IA

Nous sommes partis du constat que l’IA était une technologie mal et peu connue, mythifiée et instrumentalisé par les médias. Or, l’utilisation de ces algorithmes pose des questions éthiques et il faudra faire des choix, choix qui sont amenés à se multiplier à l’avenir (responsabilité civile dans le cas de la voiture autonome par exemple). Nous sommes persuadés que ces choix seront faits de la meilleure façon possible s’ils sont fait en conséquence de cause, par un public plus large et non une élite d’experts.

La sensibilisation à l’intelligence artificielle fait donc partie intégrante de notre projet. Dans cette perspective, nous organisons des interventions auprès de publics non experts pour expliquer notre démarche. Plus généralement, nous tentons d’être le plus transparent possible sur la technologie que nous utilisons, ses capacités et ses limites. Nous ne voulons pas faire de l’IA ce qu’elle n’est pas : une puissance sans limite, salvatrice ou destructrice. Enfin, notre nom “NoArtist” s’inscrit dans cette démarche de sensibilisation. S’il est délibérément provocateur, c’est pour susciter l’interrogation. Nous aimerions que le spectateur s’interroge (L’IA peut-elle être créative ? L’artiste fait-il l’art ou l’art fait-il l’artiste ?) puis s’informe sur l’IA.

NoArtist : des œuvres co-créées par des artistes, ingénieurs et machines

Notre volonté est de faire dialoguer artistes, machines et ingénieurs, chacun possédant sa propre part de créativité. En tant qu’artistes-ingénieurs, nous intervenons à plusieurs reprises au cours du processus : nous choisissons les exemples donnés à la machine, implémentons l’algorithme, sélectionnons les œuvres finales, leur support et mise en scène. La machine, elle, crée des visuels originaux. La question qui en découle logiquement est la suivante : une intelligence artificielle peut-elle être créative ?

Pour tenter de répondre à cette question, nous nous appuyons sur des recherches en neurosciences. L’algorithme d’IA modélise un équilibre entre la nouveauté et le déjà-vu, entre innovation et structure codifiée. Nous établissons un parallèle entre son fonctionnement et les mécanismes cérébraux de la créativité.



D’AUTRES OEUVRES DE L’EXPOSITION SO’ART
What's your reaction?
0none